SUISSE : ASSURANCE MALADIE OBLIGATOIRE - LA MAFIA AU POUVOIR ?

Imaginez un monde dans lequel vous seriez obligés de souscrire à une assurance qui mois après mois s'occupera de vous ruiner tout en augmentant le prix de ses prestations année après année mais qui en même temps réduira de plus en plus les prestations auxquelles elle vous donne droit. Imaginez plusieurs dizaines d'entreprises privées qui se battent pour vous compter parmi leurs clients. Un marché de plus de huit millions de clients à se disputer à coups de participations au capital pour convaincre les élus du pays qui se veut le plus neutre de la planète. 


LE PRINCIPE :

Depuis le 1er janvier 1996, les Suisses et ceux qui résident dans le pays, sont obligés d'y souscrire peu importe leurs moyens, leurs revenus ou leur situation de vie. Cette assurance vous assure d'être soignés en cas de problème de santé en vous acquittant d'une franchise (plus elle est élevée, moins vos primes sont élevées.) et d'une quote-part de participation aux frais de 10%. En théorie, l'idée est excellente, et elle l'a été jusqu'à ces dix dernières années avant le coût des primes explose et celles des prestations assurées a drastiquement diminué, voire devenues inexistantes.

Si vous ne payez pas vos primes, vous pourriez voir vos prestations refusées et il vous faudra alors vous retourner vers l'Etat. Etat qui aide ceux qui en ont besoin en payant les primes à leurs places. Cela s'appelle des subsides et chacun des 26 cantons en offre selon différentes conditions. 

Le principe de base est attrayant puisqu'il ne force pas l'Etat à créer un système de sécurité sociale. La réalité est bien plus morose, voire mortelle.

LAMAL : loi sur l'assurance maladie


COMBIEN ÇA COÛTE ?

En 2020, les Suisses paient en moyenne CHF 315,40 par mois et par personne. N'oubliez pas qu'il s'agit d'une moyenne et que cette somme ne dépend pas du revenu. Cela signifie que celui ou celle qui gagne CHF 2'500 par mois et celui qui en touche plus de CHF 10'000 paient stricto sensu la même somme. Ce qui peux représenter 0,01 à plus de 10% du salaire mensuel. En partant du principe qu'il n'existe aucun salaire minimal en Suisse, cette somme sera au mieux insignifiante, au pire elle vous empêchera carrément de manger. 

Je vous parlais précédemment des subsides cantonaux, et il est vrai que les plus faibles revenus peuvent en bénéficier mais cela représente un coût. Non pas pour l'assuré mais pour l'Etat, et ceux qui ont un minimum de perspicacité comprendront vite que ces coûts sont répercutés sur les impôts. 

IL EST OÙ LE PROBLÈME ?

Imaginez maintenant une famille de quatre personnes. Un père, une mère et deux enfants. Seul l'un des deux parents travaille pendant que l'autre s'occupe du foyer. Le parent employé gagne un salaire net de CHF 4'500.- puisqu'avec un tel salaire, la majorité des cantons ne donnent aucun droit aux subsides.

Donc faisons un rapide calcul :

Salaire net : 4'500 (allocations familiales comprises)
Assurance maladie : 315,40 x 2 = 630.80 et 150 x 2 = 300. Total 930.80
Loyer : 1'700
Courses : 800
Salaire restant : 1062.7 mais arrondissons à 1'100.

Avec CHF 1'100 il vous reste encore à payer le téléphone, le courant, les impôts, les frais de véhicule, les loisirs, l'habillement et je vous laisse imaginer le reste.

On comprend vite que cela devient impossible à vivre dans un pays censé être le plus riche au monde. Surtout imaginez bien que les sommes représentent des moyennes et il n'est pas rare de trouver des gens qui paient près de CHF 400.- par mois et par personne de primes maladies.


POURQUOI C'EST TOUJOURS PLUS CHER ?

Les compagnies d'assurance maladie prétendent que ce sont en majorité les coûts de la santé qui augmentent d'année en année et que si les primes augmentent cela leur permet de rester à flot et toujours permettre aux assurés de bénéficier d'excellentes prestations. Or, lorsque l'on jette un coup d'oeil aux bénéfices que ces caisses encaissent année après année on se demande si cette excuse de coûts de la santé qui augmentent tombent à l'eau. D'autant plus que les prestations ne cessent de diminuer, on se retrouve même à des cancers non pris en charge. A noter que les assurances ne remboursent pas les lunettes, les aides auditives et les soins dentaires ne sont pas pris en charge.

Quand on cherche plus loin, l'on se rend compte de l'omerta qui règne dans ce pays où chaque acteur responsable de la ruine désastreuse protège son voisin et c'est là que la notion de mafia fait surface.


LA FAUTE À QUI ?

On pourrait penser que les compagnies d'assurance sont les seules fautives et ce n'est absolument pas mon avis. Même si elles font tout pour augmenter les primes et diminuer au maximum les prestations, elles ne sont pas les seules responsables de cette dérive. Il y a différents acteurs qui participent à cette fuite en avant et les plus virulents ne sont pas forcément ceux auxquels on pense. 
Les médecins gagnent encore et toujours de plus en plus et ce n'est pas seulement parce qu'ils ont plus de patients. Non c'est simplement qu'ils facturent davantage de prestations injustifiées et incompréhensibles pour le commun des mortels. Des prestations injustifiées qui mettent les clients (puisqu'on ne parle plus de patients) dans une incompréhension des plus totales et qui ne leur permet pas de se plaindre. Le problème est que ces frais sont facturés aux assurances. D'où les augmentations des coûts de la santé.

Un autre acteur problématique est que ces assurances sont soutenues par certains membres des plus influents et présents dans les plus hautes sphères politiques. Hormis certains magnats de la finance, beaucoup de politiciens et de lobbyistes participent aux assemblées générales de ces entreprises privées et qui n'ont donc aucun intérêt à se battre pour faire baisser les primes car elles sont payées par ces mêmes entreprises.

Sans oublier que les médicaments coûtent bien plus cher en Suisse qu'ailleurs, même si la plupart des laboratoires sont originaires du sol helvétique.

Les politiciens aussi neutres que le pays ? Pas vraiment.
Les médicaments suisses.


QUELLES SOLUTIONS POUR L'AVENIR ?

En l'état actuel des choses, il semble impossible de modifier quoique ce soit à cette loi, plusieurs initiatives ont été entreprises mais aucune d'elles n'a abouti. Et le futur ne semble pas plus heureux que le passé. Le peuple suisse se complait dans cette stagnation et se tourne vers l'Etat au moment venu. Sans parfois même se douter qu'elle ne fait que se mettre encore un peu plus le couteau sous la gorge.

Le pouvoir politique est dans la poche des assurances et l'Etat est donc lui-même piégé par cette mafia.

Commentaires

  1. Arguments trop simplistes avec beaucoup d'inexactitudes ou pas assez détaillés à mon sens. Vous ne parlez également pas du vieillissement de la population. C'est trop démontable facilement par des spécialistes.
    Pour info la loi sur la suspension des prestations pour non paiement des primes a changé depuis 2012. Les aides auditives sont pris par l'A.I ou l'A.V.S....etc etc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai sourcé toutes mes infos, si vous désirez en savoir plus, cliquez dessus. Mais je vous en prie, argumentez afin de démonter ce que je dis.
      Je suis justement au bénéfice d'une prestation AI pour des aides auditives et vous savez quoi ? Avec la somme qu'ils nous donnent, même un seul appareil d'occasion et entrée de gamme n'est pas accessible. Et puis après tout, ne serait-ce pas une maladie que la surdité ? Le cas échéant, à quoi sert une caisse MALADIE ?

      A moins que vous soyiez nourris par ceux qui vous rackettent ?

      Supprimer
    2. Les aides auditives ne sont remboursées par l'AI que pour les cas annoncés et reconnus avant l'âge de 65 ans! Après "niet"

      Supprimer
    3. Oui, mais ne sont jamais remboursées dans leur intégralité !

      Supprimer
  2. La conclusion serait que l'A.I sous paie les appareils auditifs. Une assurance Sociale ne peut subroger une autre et c'est pourquoi la LAMAL n'intervient pas.
    Pour les lunettes,vous êtes encore imprecis car la Lamal intervient dans plusieurs cas ( forte myopie, glaucome, cataracte etc). Vous etes donc en faveur d'un remboursement total pour des lunettes. Egalement dans le cas ou elle sont un confort pour le travail ou la conduite.
    Idée défendable mais soyez conscient que ces remboursements feront drastiquement augmenter les coûts de la santé (donc nos primes).
    Il y a un autre acteur de la santé que vous ne citez pas mais dont l'influence est importante pour les coûts. Il s'agit du peuple qui doit également mieux se responsabiliser à ce niveau. La population vieillit et ceci est également un facteur d'augmentation des coûts.
    Je ne souhaite pas défendre les assurances mais il est trop simpliste de parler de mafia car si toutes les votations sur les caisses uniques ont échoué jusqu'là, c'est que le système est complexe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais l'AI est endettée (certes, tout est relatif), tandis que les AM sont quant à elles largement bénéficiaires.

      Les lunettes ne sont jamais remboursées pleinement en cas d'atteinte grave.

      Ces frais de remplacement pour bien plus de cas seront certes une source d'augmentation des coûts, mais les caisses sont ultra bénéficiaires, ils pourraient largement se le permettre-

      Oui la population est vieillissante, c'est un fait, mais nous sommes en train de les tuer nos personnes agées à force de leur refuser également des soins.

      J'appelle ça une mafia parce qu'elle agit comme telle...

      Supprimer
  3. Je vous soutiens toutefois dans votre combat pour cette problematique qui touche toute la populaition. J'amène juste cette touche plus pragmatique et moins emotionnelle.

    RépondreSupprimer
  4. Bravo mais c'est encore bien pire. À Genève la prime mensuelle est souvent d'environ 630.- et si comme dans mon cas vous avez du retard dans le paiement de primes vous êtes prisonnier à vie de l'assurance mafieuse obligatoire qu'il vous est interdit de quitter et qui s'enrichit en vous adressant chaque semaine des rappels, sommations, poursuites surtaxées. De plus on vous transfère d'office à l'une des seules qui vous oblige à payer vos médicaments en pharmacie avant éventuel très partiel remboursement. Vu que vous ne pouvez pas avancer cet argent vous signez une cession de créance au pharmacien qui facture 4.- pour chaque boîte achetée, vous devez payer le 10% en fin de mois, sinon rappels, sommations, poursuite, refus de médicaments, etc. J'ai 3527.- par mois, moins 1850.- loyer, 560.- racket assurance-maladie, moins assurance accident, r-c, ménage, transports, etc etc et absolument aucun subside ou aide, sans compter l'omerta des milieux éditoriaux, culturels, médias, vu ma légitime révolte hors-normes de poète surdoué sur http://barondecuir.blog.tdg.ch. C'est ainsi que la dictature capitaliste suisse enrichit ses criminels autoprotégés en créant toujours plus d'esclaves par servitude pour dettes trafiquées. Et se présente à l'international comme modèle de richesse et de démocratie. La racaille de Droite dure de mon pays trahi et décadent doit finir tôt ou tard par être lourdement condamnée par la CPI et les Droits de l'Homme����

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui évidemment qu'il y a des cas bien plus dramatiques telles que le vôtre, mais malheureusement personne ne semble vouloir améliorer les choses tant du côté politique qu'étatique.

      Supprimer
  5. Le travail ne s'accomplit plus avec la conscience orgueilleuse qu'on est utile, mais avec le sentiment humiliant et angoissant de posséder un privilège octroyé par une passagère faveur du sort, un privilège dont on exclut plusieurs êtres humains du fait même qu'on en jouit. BREF UNE PLACE. Simone Weil

    RépondreSupprimer
  6. nous sommes deux retraités et nous payons 1329.-frs par mois pour les2....et mon mari est paraplégique médulaire , l'assurance ne paye pas les bas de contention en entier et il a une poche urinaire à demeure celles-ci ne lui sont pas remboursées non plus en entier …..un scandale!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis navré pour vous, mais malheureusement,ce pays est ainsi fait...

      Supprimer
  7. Pour les lunettes, on traverse la frontière et on se retrouve avec des prix divisés par 10. Certains médicaments pareils. Chercher l erreur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment cela se passe-t-il pour les réglages et le service après-vente.

      Supprimer
  8. Et personne ne fait mention ici de l'incompétence de certains médecins..à croire que nous sommes tous hypocondriaques.
    Et les médocs prescrits au petit bonheur. Etc...

    RépondreSupprimer
  9. Pourquoi on accuse les assurances maladie de réduire les prestations alors qu'elles ne font qu'exécuter la LAMal / l'OPAS qui sont édictées finalement par la Confédération ?!

    N'est-ce pas non plus le rôle de l'OFSP et donc de l'État de veiller au fait que la caisse maladie n'a pas le droit de faire de bénéfice ?

    Est-normal que les prestations de pharmacie, les lunettes, les médecins coûtent bien moins cher à l'étranger qu'en Suisse ? Il ne me semble pas que cela soit également la faute des caisses...

    Plutôt qu'attaquer les caisses, on devrait mieux s'attaquer à la loi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais qui gère les lois ? Les politiques ! Qui gère les compagnies d'assurances ? Les politiques !

      CQFD

      Supprimer

Publier un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

REVOLUT : LE MEILLEUR MOYEN POUR (VRAIMENT) ECONOMISER DE L'ARGENT ?

SMARTPHONE : COMMENT IL PEUT LIBÉRER VOTRE CERVEAU !

Merci pour votre visite !